Sophrologie et Golf

Sophrologie et Golf

Dans cet article je souhaitais ouvrir un nouveau champ de discussion concernant toutes les techniques complémentaires de préparation. Beaucoup de pro mettent maintenant en avant l’ensemble de ces techniques de coaching mental et de relaxation comme un apport fondamental à la pratique du Golf.

 Le sujet n’est pas si nouveau, un sportif assez connu dans le monde du tennis a publié en 1987 un livre relatant l’application des techniques qu’il avait mise au point dans  le monde du golf. Le livre se nomme « Le Jeu Intérieur » et son auteur « Timothy Gallway », il est assez difficile à trouver à un prix raisonnable mais c’est un bouquin passionnant, je vous le recommande.

Dans cet article, je voulais introduire rapidement la Sophrologie. Mon épouse étant Sophrologue, je lui passe donc la parole pour rentrer dans le vif du sujet ….

 

Golf et Sophrologie

Pour que l’être humain soit en harmonie, il faut que le physique et le psychique trouvent un équilibre. Le sport, développe essentiellement le physique, le réel.

Pour optimiser la préparation physique et équilibrer l’être, il est nécessaire d’y associer une préparation mentale. La sophrologie est une préparation parmi d’autres consistant en  une technique qui a pour but d’harmoniser le corps et l’esprit. Le mot sophrologie vient du grec « sos » Harmonie, « phren » esprit et « logos » science du discours.

Son point fort : la synthèse de plusieurs techniques :

  • relaxation, 
  • visualisation, 
  • concentration, 
  • mémorisation, 
  • sophro-relaxations énergétiques 
  • respiration contrôlée, 
  • pensée positive, 
  • programmation positive,

Elle repose sur 3 principes : celui d’action positive, du schéma corporel et de la réalité objective.

Et l’état sophroliminal… quézako ?

 En niveau sophro-liminal : il n’y a plus ni avenir, ni passé, seul le présent existe. Le golfeur peut insérer dans son cerveau un programme. Le cerveau fera tout pour reproduire dans la réalité ce qui lui a été programmé en état sophronique.

 

   L’état sophroliminal :

C’est au moment où l’on est juste au bord du sommeil, dans l’état sophroliminal qu’il est le plus facile de modifier notre conscience, c’est ce qu’on appelle l’état de conscience modifié.  A ce niveau notre vigilance est moindre, les mécanismes de défense psychiques sont affaiblis.

Il est ainsi possible de :
–  Avoir accès à sa mémoire et l’améliorer en la stimulant,
–  Améliorer ses perceptions qu’elles soient internes ou externes,
–  Vivre les visualisations comme étant réelles,
–  Prendre du recul sur des situations en les observant, les revisitant dans un cadre protégé,
–  De s’écouter davantage, de mieux se connaitre et s’accepter.

  Le Principe d’action positive  :

Toutes les actions, pensées, ressentis, visualisations positives,  entraînent  à leur tour des attitudes et des aptitudes positives. Vivre au présent  d’une manière positive permet d’envisager l’avenir dans un état d’esprit plus positif, de prendre conscience et de développer  son potentiel comme ses capacités. Cela renforce la confiance en soi, un rapport à soi positif, valorisant indispensable pour mener à bien un projet qu’il soit personnel, professionnel, sportif…

   Le Principe du schéma corporel  :

Le schéma corporel  est la représentation globale que l’on a de nous même. Pour conquérir son esprit, il faut passer par le corps.  Un individu est constitué de son enveloppe physique, de ses émotions, de toutes ses sensations, de son intelligence, de ses valeurs, de son intuition et ses pensées.

Le ou la praticien(ne) va ainsi apprendre à son client à redécouvrir son corps, d’être à l’écoute de ses ressentis en profondeur, de ses sens. C’est un élément très important car la représentation que l’on a de soi est en constante évolution. Il est donc tout à fait possible d’améliorer notre bien être au quotidien.

  Le Principe de la réalité objective  :

Cette étape est importante également car elle permet de vivre des situations, des événements, des rencontres, sans y porter de jugements, de préjugés et d’être le plus objectif possible, envers soi et aussi envers les autres. Dans ce que l’on reçoit, perçoit des autres et dans ce que l’on émet vers les autres.

C’est également un état d’esprit que doit avoir le sophrologue car il doit également être conscient de ses limites, ne pas avoir non plus d’a priori afin que son client reçoive les compétences professionnelles dont il a besoin pour progresser.  Il est préjudiciable de freiner une personne qui désire s’investir dans son évolution. C’est ainsi que la relation de confiance peut s’établir et que le client a accès à une vision objective de ses besoins.